>> l'intégrale des carnets de voyage et galeries photo est à TOILAPOL.NET
>> Hurtigruten : nouvelle version pour tablette et mobile des 2 derniers voyages en Norvège et du voyage au Groenland à hurtigruten.en-photo.fr (+ de 1.700 photos)

09 novembre 2009

Fin de printemps en Antarctique

7 novembre 2005, 4 ans déjà, à 4H20 : nous sommes au mouillage dans le Détroit Anglais entre les grandes îles Robert et Greenwich et plus précisément au milieu de l'archipel des Iles Aitcho, îles ou plutôt îlots qui n'ont pas de nom particulier.
Lever de soleil dans un paysage magnifique ; le MS Nordnorge évite lentement autour de son ancre ; vers l'est, une base anglaise est encore à l'ombre de la montagne derrière laquelle se cache encore le soleil. Le paysage n'est pratiquement fait que de glace : seuls quelques petits sommets "émergent" de la calotte des glaciers ; le ciel est très, très peu nuageux, juste ce qu'il faut. Je suis resté pratiquement 1 heure dehors, sur la coursive du pont 5 essentiellement.
A 4H20, nous étions 2 puis 3 passagers seulement à tourner de l'avant à l'arrière, de bâbord à tribord sur le pont 5. Vers 5H20, ça y est, le soleil apparaît au dessus de la montagne à l'est et il y a un peu plus de monde sur les ponts extérieurs quand je rejoins ma cabine. La lumière était magnifique jusqu'à ce que le soleil dépasse la crête des montagnes : seuls, les sommets recevaient directement ses rayons alors que les glaciers et la mer autour de nous étaient encore dans la pénombre. Quelques icebergs "meublent" cette petite mer à la surface pratiquement lisse, ceinturée presque intégralement d'îles et îlots. Ah oui, un des 4 passagers taïwanais pratiquait sa séance de relaxation [ça ressemblait à de la sophrologie] dans cette ambiance qui s'y prêtait parfaitement. Même, les bâtiments de la station anglaise ne "juraient" pas dans le paysage dans cette aube tout en douceur. Ça vaut vraiment la peine de se lever tôt quand on est dans les hautes latitudes que ce soit au sud ou au nord, la lumière y est vraiment très belle.
7H, nous levons l'ancre de la Baie de la Découverte pour aller visiter tout près d'ici une importante manchotière papou et antarctique.
Nous débarquons sur une petite grève de 20 à 30 mètres de long au fond d'une toute petite baie : il n'y a que 2 à 3 mètres d'estran dégagé de neige soit un dénivelé de 60 cm maximum, le marnage semble très faible ici. J'écris ces lignes le 29 janvier 2006 et je viens de voir les photos du blog d'une américaine qui y est passée entre Noël 2005 et le nouvel an : il n'y avait plus du tout de neige.
Après rappel des consignes habituelles [où on peut aller, où on ne peut pas aller, respect des distances vis à vis des animaux, etc], nous montons entre des "quartiers" de la manchotière avec à gauche, les manchots antarctiques [ou à jugulaire] et à droite, les manchots papous, jusqu'à un petit col [20 à 30 m d'altitude] qui donne accès à l'autre versant de l'île où nichent des groupes plus importants de manchots papous.
.../...
16H, nous allons bientôt débarquer sur Halfmoon Island sous un ciel uniformément bleu... c'est vachement beau. Tout à l'heure, aux jumelles, j'ai observé des phoques sur la grève et sur les hauteurs de l'île ; l'un d'entre eux a relever la tête et j'ai cru voir la trompe d'un éléphant... mais bon, de loin et donc sujet à caution.
Nous débarquons donc sur Halfmoon Island à 15 ou 20 m d'une éléphante [ou d'un jeune éléphant] et de 2 skuas qui ne semblent pas du tout dérangés par notre présence. Je gagne les hauteurs [20 ou 30 m, peut être ?] où se trouvent de nombreux groupes de manchots sur les crêtes rocheuses déjà déneigées. Le versant de neige est parcouru par les nombreuses "pistes" qu'empruntent les manchots avec par endroit une pente qui doit approcher les 45°. Parfois, la pente étant trop raide, ils progressent à plat-ventre en se poussant avec les pattes à l'arrière et éventuellement en "ramant" avec les ailes dans la neige souple. Des "sillons" nettement plus importants sont laissés par les phoques qui gagnent aussi les hauteurs de la petite île. Il y en a un qui somnole 2 ou 3 mètres en contrebas d'un quartier de la manchotière et pourtant, les manchots s'en donnent à cœur joie dans les vocalises ou plutôt les cris. Amusant de les voir basculer la tête en arrière et tendre le cou vers le ciel pour "chanter" tous ensemble !!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

NB : les commentaires sont modérés et n'apparaissent donc pas immédiatement